Hélendi

  • Photo de profil : athénodoros

    athénodoros

    Mes galeries

    Interactions

    Nombre de sujet(s) : 1

    Nombre de réponse(s) : 1

    Bonjour
    Je voudrais vous partager un texte que j'ai écrit il y a pas mal d'années, étant plus littéraire que dessinateur, et qui sait, si ça peut en inspirer certains ou certaines ?
    Il s'agit d'un extrait de chroniques d'héroic-fantaisy dont le titre générique est Hélendi.

    Nei Tropei, les Fils du Vent


    À l'aube du premier âge mortel
    Ouvert par le souffle divin
    D'Aïon…

    Le char solaire, en son éclat irréel,
    Parcourait les plaines et les monts, en chemin
    L'accompagnait Tropè, le chaud et printanier
    Vent du sud…
    Chevelure désordonnée sous
    Sa couronne d'or, l'alizé pour éveiller
    Plantes et bêtes répandait son souffle doux…
    Remarquant un chêne aux branches blanchies, mortes,
    Il fredonna d'étranges paroles, alors
    L'arbre s'ébroua, secoua sa ramure forte,
    Reprit vie, se couvrit de larges feuilles d'or.
    Le riant Tropè alors un hymne chanta :
    Le rutilant feuillage du chêne frémit,
    Réverbérant l'ode en milliers de tintements,
    Une radieuse mélodie se composa.
    De notes plus belles le feuillage s'emplit,
    Fut prit de nerveux et multiples tremblements.
    Inquiet, le dieu se tut, lentement s'approcha
    Du végétal. Dans le ramage, bien à l'abri,
    De lourds et brillants fruits cuivrés si prestement
    Étaient nés, mûrissaient…Et d'un coup tous s'ouvrirent
    Libérant de cristallins êtres, tout en sourire,
    Au teint d'or, aux longues ailes transparentes,
    Voltigeant en une nuée étincelante.

    Ainsi du chant d'un dieu résonnant entre les
    Branches décharnées d'un vieux chêne, naquirent
    Ceux que l'on nomme les
    «Fils du Vent», les
    Neï Tropei…



    Vous souhaitez apprendre le dessin ?

    Voir nos cours