ACCUEIL BLOG

par Liam

Comment dessiner un oiseau

Bien que nous ayons déjà un article à propos d’un de nos amis à plumes (j’ai nommé le corbeau), aujourd’hui nous allons nous intéresser à deux de ses petits camarades. Le rouge gorge et l’aigle américain. Il existe des tas d’espèces d’oiseaux de formes et de tailles diverses, mais ils sont tous plus ou moins fichus pareils.

COMMENT DESSINER UN ROUGE GORGE

C’est le plus simple des deux à mon sens parce qu’on peut synthétiser la forme de cet oiseau à une petite boule de plume.

OBSERVATION DE L’OISEAU

 

Regardez-moi cette frimousse. C’est vraiment un oiseau comme on en voit dans les dessins animés : une boule, deux pattes toutes fines avec 3 doigts à l’avant et une tête assez écrasée avec des petits yeux et un petit bec. Il est ultra simple à faire et personnellement, je le trouve super joli.

Je rappelle un truc important que j’avais déjà dit dans l’article sur le corbeau : la plupart des oiseaux, à l’exception des chouettes et autres hiboux notamment, ont les yeux placés sur les côtés du crâne (raison pour laquelle les oiseaux nous regardent de profil en général), et non loin de la commissure de leur bec.

Vous l’avez compris, le rouge-gorge est assez simple à dessiner. Je vais prendre cette photo en référence.

Je vous indique rapidement quelques petits trucs importants : la largeur de la tête rentre une fois et demie dans la largeur du corps, le bec est situé à mi-hauteur du crâne, les yeux un poil plus haut. Le corps peut s’inscrire à peu près dans un carré. Les pattes commencent à l’arrière du corps.

Petit schéma d’ailleurs pour vous montrer la position du corps de notre oiseau. Parce que certes, ce sont des formes simples, il n’empêche qu’il faut bien comprendre sa posture. Ici, il y a une torsion, le buste est tourné aux ¾ vers nous tandis que la tête est de profil quasiment, complètement tournée vers la gauche.

LE DESSIN DE ROUGE-GORGE

La partie qu’on préfère ! :D

On commence avec la tête, vous savez que c’est toujours comme ça que je commence. On trace donc un ovale pas trop écrasé. Comme toujours, si ça vous aide, vous pouvez tracer les lignes de construction de la tête (celle des yeux par exemple). Personnellement, je la trace toujours, c’est ultra utile.

Ensuite on va tracer un grand carré dans lequel tiendra le corps de notre rouge-gorge. Pas la peine de faire un carré exact en mesurant avec la règle et tout. Je dirais même qu’il est légèrement plus large que haut.

On va modifier ce carré pour y inclure la torsion qu’on a pu remarquer à l’étape observation. Ce qui donne à peu près quelque chose comme ça.

On efface les traits du carré qui ne nous serviront plus (j’ai oublié de le faire, mais vous, vous pouvez gommer). Et on ajoute une forme assez triangulaire pour la queue. En hauteur, cette zone doit faire environ les 2/3 de la hauteur de la tête. Et un poil moins large que haute.

On place ensuite rapidement les pattes.

On ajoute la branche qui nous cache la deuxième patte.

DESSINER LES DETAILS DE L’OISEAU

On commence à détailler l’oiseau ! On modifie la forme de la tête qui ne forme pas un ovale parfait, observez bien. Plus bombé vers l’avant. On place ensuite notre bec, un peu en-dessous de la moitié de la hauteur. Le dessous est bien droit, le dessus légèrement courbé.

Vient ensuite l’œil, situé au milieu dans le sens de la hauteur et quasiment au milieu aussi dans le sens de la largeur. Observez bien la forme qu’il a. Très arrondi en-dessous et assez aplati au-dessus. C’est caractéristique, donc appliquez-vous bien là-dessus.

On trace ensuite le corps qui suit une diagonale.

Par-dessus, on positionne les ailes de l’oiseau (oui, elles peuvent sortir de notre parallélépipède, vous en faites pas ^^).

On place la queue. Je vous remets le petit schéma que j’avais fait pour expliquer comment « s’articulait » la queue des oiseaux, puisqu’on va en avoir besoin pour dessiner correctement les plumes juste après.

Et donc les pattes, avec je le rappelle, trois doigts devant et un derrière. Et des loooongues serres :D

Okay, on a fait le plus gros, plus qu’à détailler et placer très légèrement les différentes zones colorées de notre rouge-gorge.

Comme toujours, choisissez les détails que vous allez dessiner. Si vous dessinez toutes les plumes que vous voyez, non seulement vous allez y passer un temps fou, mais en plus, il est possible que le rendu ne soit pas à la hauteur. Notre œil n’est pas fait pour se focaliser sur les détails tout partout en même temps. Détaillez certaines zones qui vous semblent importantes et que vous voulez mettre en valeur et laissez les autres.

Voici ce que ça donne :

COMMENT DESSINER UN AIGLE

Il est là, il est grand, il est beau, il est fort. Je veux parler de l'aigle américain !

Bon, avant de voir les amateurs de rapaces me noyer la section commentaire, je précise une chose, en citant wikipédia :

Malgré son nom anglais de Bald Eagle (« aigle chauve ») ou sa dénomination populaire d'« aigle à tête blanche », il ne s'agit pas d'un aigle du genre Aquila mais d'un pygargue du genre Haliaeetus [...].

Voilà pour rétablir une vérité capitale :) Si cela vous intéresse, vous pouvez consulter l'article complet ICI.

Allez, passons maintenant à notre dessin de l'aig... euh, de notre pygargue à tête blanche, évidemment.

OBSERVATION DU MODELE POUR LE DESSIN

 

On passe à la catégorie au-dessus là. En terme de gabarit notamment.

Il est beaucoup plus massif, il a un plumage beaucoup plus dense, une tête, des yeux et un bec beaucoup plus impressionnants eux-aussi, tout comme la taille de ses ailes.

Il conserve quand même un certain nombre de caractéristiques qu’on a déjà vu. Comme la tête assez écrasée (mais beaucoup plus carrée). Un bec avec le dessous assez plat, les pattes vers le milieu du corps (dès que les oiseaux sont assez grand j’ai l’impression). Toujours les yeux situés sur les côtés mais beaucoup moins que nos deux exemples précédents. Parce que cet oiseau, c’est un rapace. Un prédateur. Il a donc besoin de fixer sa proie pour lui foncer dessus.

Je parlerai plus concrètement de ses proportions dans la partie dessin J Je dirai simplement que lorsqu’il se tient debout, la hauteur de sa tête + son cou rentrent 3 fois dans la hauteur de son corps et quatre fois et demie en longueur (queue incluse)

Pour ce dernier exemple, on va se baser sur cette photo :

 Mais Rakjah, son aile est super sombre on voit rien, c’est pas drôle.

On est d’accord, ça me frustre beaucoup, donc on va tricher. Dans ce genre de cas il y a deux solutions :

  1. On prend d’autres références pour voir comment les ailes sont fichues. Par exemple :

 

  1. Ou bien, on ouvre photoshop et on trafique la photo pour y voir plus clair :’D

 

En l’occurrence, j’ai choisi la deuxième option, parce que c’est la première fois qu’on va dessiner une aile comme ça. D’ailleurs, cela altère les couleurs et les détails ailleurs, mais c’est pas grave, c’est juste l’aile qui m’intéresse, donc, je me servirai bien du modèle de base pour l’aigle, mais je passerais sur la version éclaircie quand on aura besoin de détailler l’aile de l’oiseau.

Mine de rien la pose ici n’est pas si complexe que ça. Encore une fois, notre oiseau est en torsion, je vous refais le petit schéma habituel pour ceux qui ont du mal à visualiser.

LE CROQUIS DE L’AIGLE

On attaque donc par…la tête ! Oui, on ne change pas une équipe qui gagne ! :D Ici la tête est quasiment de face. C’est bien ça change. J’aurais donc tendance à faire un rectangle.

On va même faire mieux tiens. On va tracer un arrondi sur la face du rectangle vers nous et arrondir le dessus aussi. Comme ça, vous pourrez pas vous planter en plaçant les yeux.

Placez aussi les lignes pour les yeux et le bec. Donc la ligne du milieu de la tête (pas tout à fait au milieu ici, puisque la tête n’est pas tout à fait de face non plus). Les yeux sont situés à la moitié, comme d’habitude (ou presque).

Maintenant le cou de l’oiseau, je me réfère ici à la partie blanche en-dessous de la tête donc. Elle est à peu près aussi haute que la tête et une fois et demie plus large.

Le corps est un gros rectangle. Un poil plus large que la zone la plus large du cou, et une fois et demi plus long que large.

On place la queue, qui est bien en éventail, comme je vous l’expliquais plus haut, on le voit très bien ici. Elle est aussi longue que le corps est large.

On place les pattes, sur les extrémités et assez courtes et épaisses. Comme le rouge-gorge, l’aigle a trois doigts à l’avant et un à l’arrière.

Et maintenant, les ailes. On peut les faire tenir dans des grands rectangles pour commencer. Je vais tracer un premier rectangle pour la partie qui va jusqu’à l’articulation, puis un second pour la deuxième partie.

L’aile avant commence au niveau de la base de la tête (en terme de placement sur la corps en hauteur) et se termine un peu en-dessous de la moitié du corps. Cela nous donne donc sa largeur. Et elle est deux fois plus longue que large.

Deuxième partie, on a toujours la largeur, mais cette fois, on a besoin d’incliner quasiment à l’horizontale le bout de l’aile de l’oiseau. Cette partie est 2 fois et demie plus longue que la largeur.

On répète ce procédé pour l’aile derrière avec une petite variante : la perspective ! Oui, notre chère amie joue ici de ses charmes pour nous donner une aile en raccourci. C’est-à-dire qu’elle écrase complètement les distances, ce qui donne l’impression que l’aile est plus « petite », alors qu’on sait tous très bien que ce n’est pas le cas.

Mais ça ne change rien pour nous en l’occurrence. Notre aile commence à l’aplomb de l’avant du corps et est un poil plus large que l’autre. On trace donc un premier triangle comme ça avec le bout du triangle placé à la hauteur d’une tête au-dessus du crâne de notre aigle.

Et on trace un triangle inversé à peu près de la même taille pour le bout de l’aile.

Avant de passer aux détails, pourquoi ne pas visionner la vidéo de notre chaîne Youtube, où j'y donne des explications sur un tout autre oiseau? 

LES DETAILS DU DESSIN DE L’AIGLE

Maintenant on détaille ! On commence comme d’habitude par la tête en plaçant le bec. Il est assez large et assez long. 2/3 de la tête en hauteur et il commence à la moitié du crâne, exactement comme les yeux. La bouche à proprement parler est quasiment aussi large que la tête.

Une fois que c’est fait on vient placer les yeux, à l’aplomb de la commissure de la bouche et à la hauteur du bec. Les aigles ont un genre d’arcade sourcilière qui donne l’impression qu’ils ont les sourcils froncés et donc on dirait qu’ils sont toujours de mauvais poil. C’est un petit détail important ^^

Ensuite on détaille un peu le corps et on ajoute les plumes aux endroits clés (au niveau des pattes par exemple).

On dessine correctement les pattes aussi.

On fait la queue, en gardant en tête le principe d’éventail que je vous ai expliqué plus haut et qui se voit très bien ici.

Et on s’attaque aux ailes :3 Donc, comme on peut le voir sur la version éclaircie on a trois grandes zones on va dire pour les plumes. Je parle pour le moment des plumes de l’aile grande ouverte car les plumes ne sont pas disposées de la même façon sur la face interne et externe des ailes.

 

Donc ici nous avons une première zone avec des petites plumes quasiment sur tout le rebord gauche. Cette partie occupe environ un tiers de la largeur, voire la moitié à la base de l’aile. Comme pour les cheveux et les poils, on suit toujours le sens d’implantation des plumes.

La deuxième ce sont les très longues plumes. On notera qu’elles sont toujours disposées se chevauchant les unes les autres toujours dans le même sens :)

 

Pour la deuxième aile, la première moitié est composée de petites plumes uniquement. Et la deuxième, on reconnait le motif qu’on a pu observer sur la première aile. Ne reste plus qu’à refaire tout ça.

Quand on est satisfait, on repasse au propre, et voilà pour l’aigle !

Pfiou, ç’aura été un long article !

La méthode est toujours la même et il y a toujours des éléments qui reviennent comme on a pu le voir. Des caractéristiques habituelles, toujours une même façon de construire les choses, etc.

Récap :

Bon courage !

Rédactrice et illustratrice : Rakjah